Diagnostic & prise en charge

Quelle prise en charge pour les maladies transmises par les tiques ?

Parcours de soins HAS 2022…

Quand évoquer une maladie à tique et quelles orientations pour nos patients ?

Dr S. Patrat-Delon - CHU Rennes

Voir sur Youtube >

Plan national de prévention et de lutte contre la maladie de Lyme et les maladies transmissibles par les tiques

Guide du parcours de soins de patients présentant une suspicion de borréliose de Lyme

Consulter le site de l'HAS >

Tiques et maladies liées aux tiques : prise en charge dans la région Grand Ouest

Voir sur Youtube >

Plan national de prévention et de lutte contre la maladie de Lyme et les maladies transmissibles par les tiques

Plan national de prévention et de lutte contre la maladie de Lyme et les maladies transmissibles par les tiques :

Consulter le site du Ministère des solidarités et de la santé >

Maladie de lyme et ccmvt ou crmvt

Maladie de Lyme et CCMVT ou CRMVT :

Consulter le pdf >

Maladies vectorielles à tiques : centres de compétence et centres de références : où en sommes-nous ?  JNI 2020

Maladies vectorielles à tiques : centres de compétence et centres de références : où en sommes-nous ? JNI 2020

Consulter sur le site infectiologie.com >

Qu’est-ce que la maladie de Lyme ?

Maladie de lyme en 10 questions

La maladie de Lyme en 10 questions :

Consulter le site de l'INRAE >

Tiques et maladie de lyme

Tiques et maladie de Lyme :

Consulter le site de l'ARS Grand Est >

Borreliose de Lyme

Borréliose de Lyme :

Consulter le site de l'HAS >

Staff de microbiologie sur la borréliose de Lyme - Carole Eldin - 04/02/2020

Voir sur Youtube >

Centre National de Référence Borrelia de Strasbourg

Centre National de Référence Borrelia de Strasbourg :

Consulter le site du CNR Borrelia >

Les autres maladies transmises par les tiques

Tibola

Autres maladies vectorielles liées aux tiques

Consulter le pdf sur le site de l'HAS >

Borrélioses et fièvres récurrentes

Consulter le pdf

 

 

Borrelia miyamotoi

agent de fièvres récurrentes

Consulter le site TMT

 

 

Virus de l’encéphalite à tique

Consulter le site TMT

 

 

Bactérie Rickettsia

agent de fièvre boutonneuse

Consulter le site TMT

 

 

Babesia

agent de babésiose chez l’homme ou de piroplasmose chez l'animal

Consulter le site TMT

 

 

Le traitement de la maladie de Lyme

quel traitement pour la maladie de lyme

Quel traitement pour la maladie de Lyme ?

Consulter le pdf sur le site infectiologie.com >

quel traitement pour la maladie de lyme

Borreliose de lyme chez l'adulte : examens complémentaires et traitements

Consulter le pdf sur le site de l'HAS >

Borreliose de lyme et autres maladies vectorielles a tiques

Borréliose de Lyme et autres maladies vectorielles à tiques. Recommandations des sociétés savantes françaises (traduction en français à la fin de l’article)

Consulter le site de Science Direct >

Borreliose de lyme et autres maladies vectorielles a tiques

Borréliose de Lyme et autres maladies vectorielles à tiques. Recommandations des sociétés savantes françaises (Argumentaire I) : prévention, épidémiologie, circonstances du diagnostic

Consulter le site de Science Direct

Borreliose de lyme et autres maladies vectorielles a tiques

Borréliose de Lyme et autres maladies vectorielles à tiques. Recommandations des sociétés savantes françaises. Argumentaire 2 : diagnostic biologique, traitement, symptômes persistants au décours d’une borréliose de Lyme documentée ou suspectée

Consulter le site de Science Direct

Borreliose de lyme et autres maladies vectorielles a tiques

Borréliose de Lyme et autres maladies vectorielles à tiques. Texte des recommandations - HAS

Consulter le pdf sur le site de l'HAS

Borreliose de lyme et autres maladies vectorielles a tiques

Borréliose de Lyme et autres maladies vectorielles à tiques. Argumentaire scientifique des recommandations - HAS

Consulter le pdf sur le site de l'HAS

Que faire si…

J’ai été piqué par une tique

Une piqûre de tique n'est pas dangereuse en elle-même.
Toutes les tiques ne transmettent pas la borréliose.
Il est possible qu'une maladie autre que la borréliose soit transmise par une tique (maladie vectorielle à tiques).
La probabilité d'être infecté par un agent infectieux lors d'une piqûre de tique augmente avec le nombre de tiques, la durée d'attachement…
Les recommandations concernant l'extraction de la tique sont disponibles sur les sites de santé publique France et ARS Grand Est.

 

J’ai une lésion cutanée suite à une piqure de tique

Toute tâche rouge dans les suites d’une piqure de tique n’est pas forcément un érythème migrant.
En cas de lésion cutanée survenue sur le site d’une piqure de tique, il faut voir son médecin.
Il n’y a pas de risque immédiat. Il est accepté de se laisser quelques jours pour surveiller l’évolution : une lésion qui s’étend de façon centrifuge est très probablement un érythème migrant. A ce stade le traitement est efficace même quand il est instauré après quelques jours de délai.

Les questions à se poser :

  • Quel délai depuis la piqûre de tique ?
  • Quelle vitesse de croissance centrifuge ?
  • Quelle taille ? < 2 cm : peu de risque, simplement à surveiller
  • Autres symptômes associés : fièvre… ?
  • La sérologie est en général inutile
  • Souvent négative alors qu’il s’agit réellement d’un érythème migrant,
  • Parfois positive alors qu’il s’agit d’une cicatrice sérologique ancienne sans rapport avec la piqûre de tique actuelle.

 

Je pense avoir une maladie de Lyme chronique

En premier lieu, devant une suspicion de maladie de Lyme chronique il convient d'éliminer un diagnostic différentiel. En effet, les symptômes des patients suspects de maladie de Lyme chronique sont aspécifiques : fatigue chronique, troubles de concentration, douleurs diffuses…
Il convient donc de chercher d'autres diagnostics permettant d'expliquer ces symptômes, et le cas échéant de les traiter.
Après l'élimination de diagnostics différentiels par cette première étape, la question d'une antibiothérapie se pose si on conclut à une possible maladie de Lyme.
Il a été montré dans des études cliniques (essais thérapeutiques) qu'il n'y a pas d'intérêt sur la qualité de vie à une antibiothérapie prolongée. Ainsi, après une antibiothérapie adaptée, chez un patient ayant une maladie de Lyme certaine, possible, ou probable, il n'y a pas d'indication à poursuivre une nouvelle antibiothérapie.
D'autres thérapeutiques pourront être proposées, en fonction des symptômes présentés par le patient : traitements médicamenteux symptomatiques, et d'autres mesures non médicamenteuses

Quelques explications sur les tests…

 Performances des tests diagnostiques actuellement recommandés - HAS juin 2018

https://www.has-sante.fr/jcms/c_2857555/fr/performances-des-tests-diagnostiques-actuellement-recommandes-fiche-de-synthese

 

Qu'est-ce qu'une sérologie ?

Une sérologie est réalisée par une prise de sang, et mesure les anticorps produits par les globules blancs, suite à une infection.

 

Quand réaliser une sérologie ?

Votre médecin traitant vous prescrira une sérologie en cas de symptômes qui évoquent une maladie de Lyme. En l’absence de symptômes, cette sérologie n’a pas d’intérêt. En effet la maladie se définit à partir de symptômes. Sans symptômes vous n’êtes probablement pas porteur de la maladie de Lyme, et à ce titre même en présence d’une sérologie positive, il n’y a pas d’indication à faire de traitement.

 

Que veut dire sérologie en deux temps ?

Il est recommandé de faire une sérologie en deux temps pour diagnostiquer une maladie de Lyme. Cela permet d'augmenter les performances du test ; c'est-à-dire ne pas diagnostiquer à tort une maladie de Lyme chez quelqu'un indemne de cette maladie, ou a contrario éliminer le diagnostic chez quelqu'un porteur de la maladie.
Dans un premier temps, est réalisé un test sérologique (ELISA ou IFI). Si celui-là est positif, alors ce premier test sera confirmé par un test appelé Western Blot pour éliminer les résultats faussement positifs des tests ELISA.

 

Je ne comprends pas le résultat de ma sérologie

Plus d'informations sur le site de Santé publique France >

 

Qu’est-ce qu’une sérologie de Lyme positive ?

Dans tous les cas, une sérologie de Lyme, comme toute autre sérologie s’interprète en fonction du contexte : symptômes présentés et notion de morsure de tique récente.

En cas d’absence de symptôme
En l’absence de symptôme, il n’y a pas d’intérêt à réaliser une sérologie de Lyme, même en cas d’exposition aux piqures des tiques. En effet, en l’absence de symptômes, il n’y a pas de maladie et donc pas de traitement à mettre en place.
Si une sérologie est prélevée, chez une personne qui n’a pas de symptôme, il sera conclu à une cicatrice sérologique et non pas à une maladie. Il n’y aura aucun traitement à mettre en place.

En cas de symptômes non compatibles avec une maladie de Lyme
Le fait d'avoir une sérologie positive ne permet pas d'expliquer l'ensemble des symptômes que pourraient présenter un individu.
Ainsi, des symptômes qui ne sont pas compatibles avec une maladie de Lyme ne pourront pas être expliqués par une sérologie positive.

Prenons un exemple : Des douleurs articulaires dites d'horaire mécanique (c'est-à-dire des douleurs articulaires qui surviennent à l'effort et qui se calment au repos) ne peuvent pas être expliquées par la maladie de Lyme. En revanche, ce tableau évoque de l'arthrose, qui est également une maladie fréquente. Une personne qui a de l'arthrose, qui réside dans une région à forte prévalence pour la maladie de Lyme et qui a déjà été piquée par une tique, aura potentiellement une sérologie positive pour la maladie de Lyme. Néanmoins ces douleurs seront expliquées par de l'arthrose et non pas par la maladie de Lyme. Un traitement antibiotique n’améliorera pas ses symptômes.

En cas de symptômes compatibles avec une maladie de Lyme
La sérologie de Lyme se fait en deux temps, afin d’augmenter les performances du test.

Le premier test réalisé est un ELISA le plus souvent. S’il est négatif, alors il n’y a pas eu de contact avec la bactérie (sous réserve d’un délai suffisant : c’est-à-dire qu’il peut être faussement négatif lors d’une infection très récente, comme lors d’un érythème migrant). Il n’y a pas d’intérêt à faire un Western Blot.

Si le test ELISA est positif, il faut confirmer ce résultat par un autre test : le Western Blot, qui est plus spécifique et qui permettra de conclure : sérologie positive ou négative.

Cas des IgM positifs de façon isolée
Les IgM sont des anticorps détectés à la phase initiale d’une maladie infectieuse.
Dans le cadre spécifique de la maladie de Lyme, il est possible de les détecter également dans des manifestations tardives comme l’arthrite de Lyme ou l’acrodermatite atrophiante : leur présence n'est donc pas synonyme d’infection récente.

Dans les cas où le tableau clinique pourrait faire évoquer un stade disséminé de la maladie, un résultat IgM positif isolé doit être considéré principalement comme un résultat de réaction croisée et non comme preuve biologique d'une infection à Borrelia.
En conséquence, quatre critères doivent être systématiquement recherchés lorsqu'un test IgM pour Borrelia est trouvé positif sans IgG :

  • Vérification des critères de positivité pour la sérologie (ELISA + Western blot, avec présence de plusieurs bandes)
  • Exposition aux tiques
  • Les symptômes évocateurs de la borréliose de Lyme précoce
  • Apparition d’IgG sur un autre test réalisé plus de 4 semaines plus tard

 

Est-ce que le test est fiable ?

À l'exception du stade initial de l’érythème migrant, qui est un diagnostic clinique et qui ne nécessite donc pas de prise de sang, la sérologie de la maladie de Lyme est un test fiable.
De façon plus précise, la sensibilité du test est supérieure à 95 % au delà de 6 semaines, et supérieure à 99 % au delà de 6 mois.

 

Le médecin m'a parlé de réaction aspécifique, croisée : qu'est-ce que cela signifie ?

Le test ELISA est très sensible. Par conséquent il arrive que ce test soit faussement positif, sans confirmation Western Blot. Dans ce cas, le médecin vous dira que votre sérologie de Lyme est en réalité négative, et qu'il s'agit d'une réaction croisée.
Cela signifie que vous n'avez pas rencontré la bactérie responsable de la maladie de Lyme. Votre sang réagit de façon aspécifique (sans signification pathologique) avec les réactifs du laboratoire. Vous n'êtes pas malade. En dehors d'un contexte clinique particulier il n'y a pas lieu de contrôler votre sérologie.